Les formations organisées dans le cadre du Collège Européen de Sécurité et de Défense

Imprimer

Présentation

L’IHEDN organise en lien avec les ministères des Affaires étrangères et de la Défense des cours spécialisés dans le cadre des formations sur la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) organisées par le CESD.

Ces cours couvrent des thématiques variées : la lutte contre la piraterie, la non-prolifération, la cybersécurité, la réforme des systèmes de sécurité (RSS)…

 

Objectifs et public

Les objectifs poursuivis par ces formations sont de promouvoir une compréhension commune de la PSDC ; de former les professionnels des institutions européennes et des Etats membres à l’application des processus de la PSDC ; de contribuer à favoriser les relations et les contacts professionnels entre les auditeurs.

Ces cours s’adressent aux cadres civils et militaires des Etats Membres, des institutions européennes, des agences européennes concernées, ainsi qu’à des représentants du secteur privé. 

 

Nos formations

Liens hypertextes à créer vers « CESD cours spécialisés »

En 2014, 7 cours seront organisés par l’IHEDN :

  • Aspects civils de la gestion civile des crises, Bruxelles, 18-20 février 2014
  • Gestion civilo-militaire des crises extérieures, Paris, 8-10 avril 2014
  • Non-prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs,
  • Lutte contre la piraterie
  • Réforme des systèmes de sécurité (RSS)
  • Développement capacitaire
  • Cybersécurité

 

Présentation du Collège européen de sécurité et de défense

L’idée de la création d’un Collège de sécurité et de défense (CESD) est loin d’être nouvelle. Des réflexions ont été engagées dès 1991, dans le cadre de l’Union de l’Europe Occidentale (UEO).À partir de 2000, notamment dans un cadre franco-allemand, lors des sommets de Mayence et de Vittel, il a été réaffirmé qu’il ne saurait y avoir de politique européenne de sécurité et de défense sans une culture et une formation communes. A l’époque, des points de divergences n’avaient cependant pas permis d’aboutir.

Le principe d’un Collège européen axée sur la PESD a ensuite été repris et entériné lors du sommet de Tervueren en avril 2003, par les quatre chefs d’État et de gouvernement allemand, belge, français et luxembourgeois. Cette initiative rejoignait les préoccupations réaffirmées lors du Conseil européen de Thessalonique invitant l’Union à développer une culture européenne de sécurité et de défense dans le cadre de la PESD (le Conseil européen a approuvé en novembre 2003 un projet portant sur une politique de formation à la PESD).

L’impulsion décisive a été donnée à l’automne 2003, lorsque le ministre français de la Défense, Michèle ALLIOT-MARIE, a décidé, en liaison avec ses homologues allemand, belge et luxembourgeois, de présenter une formule pilote aux pays membres et futurs membres européens.
Une première session de formation, expérimentale ou « pilote », a été développée à l’automne 2004. Elle comportait plusieurs modules permettant de préparer un démarrage officiel du Collège en 2005.

Cette première promotion de 56 auditeurs, provenant des États membres de l’UE a suivi cinq semaines de formation, articulées en cinq modules répartis sur 7 mois :

  • Un premier à Berlin - Bundesakademie für Sicherheitspolitik (BAKS) - consacré à la connaissance approfondie de l’histoire et du contexte de la PESD
  • Un second organisé par la Belgique, la France et le Luxembourg à Paris et Bruxelles - Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) / Institut Royal Supérieur de Défense (IRSD) - consacré à l’actualité de la PESD
  • Un troisième à la Haye - Instituut Defensie Leergangen (IDL) - portant sur les défis de la sécurité européenne
  • Un quatrième à Madrid - Centro Superior de Estudios de la Defensa Nacional (CESEDEN) - sur les aspects géographiques et régionaux de la PESD
  • Et le dernier en Italie - Istituto Superiore di Stato Maggiore Interforze (ISSMI) - perspectives d’évolution de la PESD.

 

L’action commune du Conseil de l’UE créant le CESD le 18 juillet 2005 s’est largement appuyée sur cette expérimentation et les conclusions du séminaire de définition.

L’entrée en vigueur du traité de Lisbonne le 1er décembre 2009 a ouvert de nouvelles perspectives au Collège notamment avec la création du service européen d’action extérieure (SEAE) et du poste de haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité en charge de la désormais « Politique de sécurité et de défense commune » (PSDC). 

Depuis la décision du Conseil du 22 avril 2013, le Collège est rattaché au SEAE. Cette décision a donné au CESD une personnalité juridique, un budget et a défini ses missions et objectifs. [Lien à prévoir vers la décision et le site du CESD] [Lien hypertexte vers « texte d’organisation »].

 

Missions du CESD :

Ses objectifs sont de :

  • renforcer la culture européenne de la sécurité dans le cadre de la PSDC
  • promouvoir une meilleure compréhension de la PSDC
  • permettre aux instances de l’UE ainsi qu’aux administrations et états-majors des pays membres de disposer d’un personnel qualifié, capable de travailler efficacement sur toutes les questions relevant de la PSDC
  • contribuer à favoriser les relations et les contacts professionnels entre les participants aux activités de formation.

 

Un comité directeur, composé d’un représentant par État membre, est chargé de la coordination et de la direction générale des activités de formation. Ce comité est secondé par le conseil académique exécutif, composé de représentants de haut niveau des instituts concernés, qui garantit la qualité et la cohérence des activités de formation, et d’un secrétariat permanent.
 
Les activités de formation du CESD comprennent actuellement trois types de cours :

  • le cours de haut-niveau  dans le domaine de la PSDC (lien à insérer vers ces points)
  • le cours d’orientation  dans le domaine de la PSDC (formation généraliste d’une semaine) (lien à insérer vers ces points)
  • les cours spécialisés (lien à insérer vers ces points)

 

Outre ses charges d’enseignement, dont la création de nouvelles formations, le CESD a développé un système de formation à distance par internet (internet distance learning (IDL)). Il conçoit et produit du matériel pédagogique dans le domaine de la PSDC et a mis en place un réseau d’anciens auditeurs.

 

La place de l’IHEDN

Au niveau français, l’Institut des hautes études de défense nationale a été choisi pour porter l’enseignement dispensé par la France au sein de ce collège et a joué un rôle moteur dans l’élaboration de cet enseignement

L’Institut des hautes études de défense nationale continue à jouer un rôle majeur au sein du CESD. L’IHEDN participe aux travaux du comité directeur, aux côtés de la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne et représente la France au Conseil académique exécutif. 

 

Texte d’organisation :

-    décision du Conseil 2013/189/CSFP du 22 avril 2013 instituant un Collège européen de sécurité et de défense (CESD) et abrogeant l’action commune 2008/550/PESC (lien vers la décision à insérer)