Ingénieur général de l'armement Robert Ranquet

Imprimer

Directeur adjoint de l’Institut des hautes études de défense nationale

Ancien élève de l’École Polytechnique (X72) et diplômé en génie atomique de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires de Saclay, Robert RANQUET a commencé sa carrière au sein de la direction technique des constructions navales en 1977 à Brest, où il a dirigé les activités d’entretien des appareils propulsifs nucléaires des sous-marins lanceurs d’engins type « LE REDOUTABLE ».

En 1984, il rejoint l’établissement des constructions navales d’Indret comme chef du laboratoire d’étude et de contrôle des matériaux, dont il initie la transformation en Centre d’étude des matériaux et structures navals, regroupement des laboratoires matériaux de l’ensemble de la direction des constructions navales.

En 1989, il est chargé de l’ensemble des activités de DCN/Indret relatives aux chaufferies nucléaires (conception, réalisation, essais et suivi en service) et, en 1992, il y est nommé sous-directeur chargé des études et des essais.

À ce titre, il dirige l’ensemble des activités de conception, d’études et d’essais pour les programmes du nouveau SNLE «LE TROMPHANT », du porte-avions « CHARLES DE GAULLE », des frégates « LA FAYETTE » et du programme tri-partite de frégates « HORIZON ».

En 1994, il est choisi pour inaugurer l’échange d’auditeurs entre le Centre des hautes études de l’armement et l’Industrial College of the Armed Forces à Washington, où il obtient un Master of Science (National Security).

À l’issue, il rejoint l’ambassade de France aux États-Unis, comme attaché d’armement. À ce poste, il dirige de nombreux travaux d’analyse pluridisciplinaires sur la base industrielle de défense américaine.

À son retour en France en 1998, il est chargé, sous la présidence de l’ambassadeur de France Francis Gutmann, de la création du nouveau Conseil scientifique de la Défense décidée par Alain Richard, ministre de la Défense, et initie parallèlement les activités de réflexion stratégique au sein du Centre des hautes études de l’armement.

En 2000, Robert RANQUET est nommé directeur du centre d'études d’Arcueil, de la Délégation générale pour l’armement, poste qu’il occupe jusqu’en 2003.

Il est alors nommé adjoint au directeur chargé des affaires stratégiques (DAS) au sein du ministère de la Défense. Il est alors chargé de plusieurs dossiers internationaux et stratégiques de premier plan, entre autres : négociateur français de la création de l'Agence européenne de défense ; négociateur sur la défense anti-missile à l'OTAN, avec les États-Unis et la Russie ; responsable des études prospectives et stratégiques au sein du ministère.

Robert RANQUET est nommé, en 2008, au Conseil général de l’armement, où il traite, entre autres, le dossier de la réforme des corps techniques de l‘État (rapport Foltz-Canepa). Il est choisi pour représenter le ministère de la Défense dans le grand débat public sur les nanotechnologies, qui se déroule au plan national fin 2009 - début 2010, à la suite du Grenelle de l’environnement.

Le 1er octobre il est nommé chargé de mission auprès du directeur de l’Institut des hautes études de défense nationale puis le 15 janvier 2010, directeur adjoint.

Il est officier de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du mérite.

Né en 1953, Robert RANQUET est marié et père de quatre enfants. Il s’adonne à la voile en Bretagne, à la lecture, et à la musique comme organiste.