L’Institut des hautes études de défense nationale

Imprimer

Défense - Politique étrangère - Armement et économie de défense

Former - Sensibiliser - Rayonner

 

Hier, l’histoire …

 En 1948, l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) succède au Collège des hautes études de défense nationale, fondé par l’amiral Castex en 1936. Cet institut de niveau gouvernemental a pour vocation de former de hauts fonctionnaires, civils et militaires, à la préparation et à la conduite de la guerre, dans une vision dépassant le seul cadre militaire.

L’IHEDN voit ensuite ses missions évoluer à l’aune dont la défense de la France est pensée. À partir de la Ve République, l’Institut devient le lieu d’explication d’une défense devenue globale et permanente. La priorité n’est plus de former des spécialistes, mais d’initier aux questions de défense des cadres de l’État et du secteur privé. Accomplissement d’une démarche menée sous l’égide du concept de défense globale, l’IHEDN est placé sous la tutelle du Premier ministre en 1979. Il devient le foyer du rayonnement de l’esprit de défense. En 1997, l’Institut des hautes études de défense nationale devient établissement public administratif, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

  Ainsi, au fil des années, l’Institut s’est adapté à la nature de la guerre et aux exigences que celle-ci impose à la Nation dans un environnement qui s’internationalise. À la session nationale s’ajoutent des sessions régionales (1954), des sessions internationales (1980), des cycles d’Intelligence économique (1995), des séminaires jeunes (1996), des séminaires ciblés et des activités de soutien à la recherche en matière de défense (1998). Il est l’un des précurseurs du Collège européen de sécurité et de défense (2004).

 

… aujourd’hui, un Institut rénové… 

En 2008, l’ambition française de continuer à vivre libre et en paix dans un monde de puissances relatives en pleine restructuration, conduit à la définition du concept de sécurité nationale. L’objectif de cette stratégie est d’apporter des réponses à l’ensemble des risques et menaces susceptibles de porter atteinte à la vie de la Nation.

L’Institut, dont la nécessité est au demeurant renforcée par cette nouvelle donne, s’en trouve naturellement affecté. Il se réorganise en un pôle "défense-affaires étrangères" voulu par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2008, se diversifie et s’ouvre au national et à l’international. Ses champs de compétences sont recentrés sur les questions de défense, de politique étrangère, d’armement et d’économie de défense.

Au mois de janvier 2010, l’Institut fusionne avec le Centre des hautes études de l’armement (CHEAr), contribue aux formations organisées par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international (Maedi) et se rapproche de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Conforté dans son identité, le nouvel IHEDN est un lieu de formation, de réflexion et de débats de haut niveau sur les questions stratégiques, ouvert sur le monde et ancré dans l’espace européen.

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2013, confirme le rôle majeur de plateforme interministérielle de l’IHEDN, de formation et de sensibilisation aux questions de défense et de sécurité nationale, sur l’ensemble du territoire national, tant auprès des dirigeants publics et privés, que des jeunes.

Outil d’influence au service d’une responsabilité européenne et internationale, l’Institut consolide également sa fonction d’appui à la recherche, pour le rayonnement de la pensée stratégique française.

Fort de son histoire, l’IHEDN inscrit pleinement son action dans sa mission fondatrice de renforcement de la cohésion nationale par la promotion, dans la Nation, d’une culture de défense et de sécurité nationale.

 

… à la mission élargie… 

Aux questions de défense, de politique étrangère, d’armement et d’économie de défense.

À ce titre, l’Institut réunit des responsables de haut niveau appartenant à la fonction publique civile et militaire ainsi qu’aux différents secteurs d’activité de la Nation, des États membres de l’Union européenne ou d’autres États, en vue d’approfondir en commun leur connaissance des questions de défense, de politique étrangère, d’armement et d’économie de défense.

En outre, il contribue à promouvoir et à diffuser toutes connaissances utiles sur ses trois champs disciplinaires. À cette fin, il coopère avec les autres organismes chargés de la diffusion des savoirs en matière de défense et de politique étrangère, notamment les universités et les centres de recherches.

 

Des formations nombreuses et adaptées

Depuis plus de soixante-quinze ans, par la diversité de ses formations et de ses auditeurs, civils et militaires, français et étrangers, l’IHEDN est un lieu de diffusion des savoirs, de sensibilisation et de rayonnement.

Selon leurs champs de compétences, ses formations se déclinent en sessions nationales "Politique de défense" et "Armement et économie de défense", en sessions régionales, en cours européens et en sessions internationales.

L’Institut organise également des séminaires ciblés qui s’adressent à des publics diversifiés, parlementaires, élus locaux, magistrats, préfets, jeunes de 20 à 30 ans, étudiants des universités et grandes écoles… ainsi que des formations thématiques comme l’Intelligence économique ou la gestion des crises à l’international.

Chaque année, l’ensemble des actions de formation et d’information de l’Institut concerne environ
12 000 auditeurs et participants.

 

Une pédagogie originale

D’une durée compatible avec l’exercice de responsabilités opérationnelles de haut niveau, les formations reposent sur un partage d’expériences entre hauts responsables issus du service public et de la société civile qui dépasse les segmentations socioprofessionnelles et nationales.
Cette pédagogie inductive se décline en trois axes :

  • les "travaux en comités" où se concrétise une riche complémentarité ;
  • les "conférences-débats" au cours desquelles s’expriment des intervenants de haut niveau ;
  • les "visites et missions d’études" sur le terrain qui permettent une approche concrète de l’enseignement dispensé.

Des exercices de "mise en situation" de prise de décision dans un environnement stratégique et la rédaction collective de "notes de position", destinées à de hautes autorités, complètent cette pédagogie.

Les thèmes d’études sont définis à partir des domaines d’actualité traités sous l’angle de la politique de défense, de la politique étrangère, de la politique d’armement et de l’économie de défense.

 

 

Les sessions nationales

Les sessions nationales "Politique de défense", "Armement et économie de défense", "Les espaces : mer, spatial, cyber" visent à permettre l’approfondissement des connaissances de hauts responsables sur les questions de défense, de politique étrangère, d’armement, d’économie de défense et sur les nouveaux espaces, où la compétition des Nations s’est déplacée. Elles s’adressent à un milieu socioprofessionnel très varié, dont la diversification est le gage d’une "fertilisation croisée" réalisée par l’échange entre des auditeurs avertis ou garants d’un espace de réflexion collective et de débats d’idées.

Les activités des sessions nationales alternent des conférences-débats, prononcées par de hauts responsables, des experts et des autorités scientifiques réputées dans les domaines traités, des travaux en comité faisant appel à la réflexion stratégique, des ateliers de mise en situation et des missions d’études en France ou à l’étranger.

Les listes des auditeurs, arrêtées par le Premier ministre, sont publiées au Journal officiel.

La session nationale "Politique de défense"

Cette formation vise l’approfondissement des connaissances des auditeurs sur les questions de défense et de relations internationales.

Elle se déroule à Paris, de septembre à juin. Elle est composée d’une centaine d’auditeurs, français et étrangers, âgés de 35 ans au moins, associant des officiers des trois armées, de la Gendarmerie nationale, de la Direction générale de l’armement (DGA) et des services, des hauts responsables de la fonction publique, des cadres et dirigeants des différents secteurs de la vie économique et des personnalités "qualifiées" (élus, journalistes, responsables d’associations, de syndicats, d’organisations professionnelles…).

Les activités de l’année s’échelonnent sur 50 demi-journées d’études, réparties généralement le vendredi toute la journée et le samedi matin, auxquelles s’ajoutent 30 jours de missions d’études sur le territoire national ou à l’étranger, soit 55 jours de formation.

Au cours de leur formation, les auditeurs sont sensibilisés aux questions de sécurité, au travers de modules communs avec les auditeurs de l’INHESJ et par la prise en compte de la sécurité nationale dans sa dimension "globale".

La session nationale "Armement et économie de défense"

Cette formation a pour objet d’élargir les connaissances des auditeurs relatives aux problématiques du domaine de l’armement et de l’économie de défense, dans le cadre de la stratégie de sécurité nationale.

Elle se déroule à Paris de septembre à juin, les jeudis et vendredis. Elle regroupe chaque année une cinquantaine de cadres français et étrangers de haut niveau, associant des représentants de la DGA, des officiers des trois armées, de la Gendarmerie nationale, des services, de quelques officiers étrangers, des cadres de la fonction publique, des dirigeants de l’industrie de défense ainsi que des représentants de la société civile. La durée totale de la formation est de 69 journées, dont une trentaine pour des visites et missions d’études en France et à l’étranger.

Axée sur les problématiques d’armement, d’autonomie stratégique, de recherche et développement et réunissant des experts, sur une base industrielle française et européenne, cette formation permet de développer une vision large des challenges liés à l’équipement de nos forces et au maintien de nos capacités technologiques et industrielles critiques.

Au cours de leur formation, les auditeurs sont sensibilisés aux questions de sécurité, au travers de modules communs avec les auditeurs de l’INHESJ et par la prise en compte de la sécurité nationale dans sa dimension "globale".

La session nationale "Les espaces : mer, spatial, cyber"

Les objectifs de cette formation ont pour but d’approfondir les connaissances des auditeurs et de leur permettre d’appréhender la globalité des enjeux liés aux espaces stratégiques maritimes, du spatial ou du cyber, afin de faciliter et de rendre plus pertinentes leurs prises de décisions futures.

La session est composée d’une trentaine d’auditeurs français et étrangers, d’au moins 35 ans, cadres dirigeants des secteurs public et privé, de chefs d’entreprise, de hauts fonctionnaires civils et militaires et de personnalités représentatives des différents secteurs d’activité économique, notamment, liées à ces grands enjeux et à leur dimension connexe.

La formation se déroule à Paris et sur le territoire national, à raison de 8 séminaires de 2 jours, les vendredis et les samedis de janvier à juillet. La mission d’étude à l’étranger est choisie en cohérence avec le thème d’étude, que les auditeurs abordent comme corollaire de la mondialisation et des rapports de force stratégiques, géopolitiques et économiques.

La première session nationale de ce genre porte sur les "Enjeux et stratégies maritimes".