L’Institut des hautes études de défense nationale

Imprimer

Défense - Politique étrangère - Armement et économie de défense

Former - Informer - Fédérer

 

Hier, l’histoire …

 En 1948, l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) succède au Collège des hautes études de défense nationale, fondé par l’amiral Castex en 1936. Cet institut de niveau gouvernemental a pour vocation de former de hauts fonctionnaires, civils et militaires, à la préparation et à la conduite de la guerre, dans une vision dépassant le seul cadre militaire.

L’IHEDN voit ensuite ses missions évoluer à l’aune dont la défense de la France est pensée. À partir de la Ve République, l’Institut devient le lieu d’explication d’une défense devenue globale et permanente. La priorité n’est plus de former des spécialistes, mais d’initier aux questions de défense des cadres de l’État et du secteur privé. Accomplissement d’une démarche menée sous l’égide du concept de défense globale, l’IHEDN est placé sous la tutelle du Premier ministre en 1979. Il devient le foyer du rayonnement de l’esprit de défense. En 1997, l’Institut des hautes études de défense nationale devient établissement public administratif, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

  Ainsi, au fil des années, l’Institut s’est adapté à la nature de la guerre et aux exigences que celle-ci impose à la Nation dans un environnement qui s’internationalise. À la session nationale s’ajoutent des sessions régionales (1954), des sessions internationales (1980), des cycles d’Intelligence économique (1995), des séminaires jeunes (1996), des séminaires ciblés et des activités de soutien à la recherche en matière de défense (1998). Il est l’un des précurseurs du Collège européen de sécurité et de défense (2004).

 

… aujourd’hui, un Institut rénové… 

En 2008, l’ambition française de continuer à vivre libre et en paix dans un monde de puissances relatives en pleine restructuration, conduit à la définition du concept de sécurité nationale. L’objectif de cette stratégie est d’apporter des réponses à l’ensemble des risques et menaces susceptibles de porter atteinte à la vie de la Nation.

L’Institut, dont la nécessité est au demeurant renforcée par cette nouvelle donne, s’en trouve naturellement affecté. Il se réorganise en un pôle "défense-affaires étrangères" voulu par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2008, se diversifie et s’ouvre au national et à l’international. Ses champs de compétences sont recentrés sur les questions de défense, de politique étrangère, d’armement et d’économie de défense.

Au mois de janvier 2010, l’Institut fusionne avec le Centre des hautes études de l’armement (CHEAr), contribue aux formations organisées par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international (Maedi) et se rapproche de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Conforté dans son identité, le nouvel IHEDN est un lieu de formation, de réflexion et de débats de haut niveau sur les questions stratégiques, ouvert sur le monde et ancré dans l’espace européen.

Le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale publié en 2013, confirme le rôle majeur de plateforme interministérielle de l’IHEDN, de formation et de sensibilisation aux questions de défense et de sécurité nationale, sur l’ensemble du territoire national, tant auprès des dirigeants publics et privés, que des jeunes.

Outil d’influence au service d’une responsabilité européenne et internationale, l’Institut consolide également sa fonction d’appui à la recherche, pour le rayonnement de la pensée stratégique française.

Fort de son histoire, l’IHEDN inscrit pleinement son action dans sa mission fondatrice de renforcement de la cohésion nationale par la promotion, dans la Nation, d’une culture de défense et de sécurité nationale.

 

… à la mission élargie… 

Aux questions de défense, de politique étrangère, d’armement et d’économie de défense.

À ce titre, l’Institut réunit des responsables de haut niveau appartenant à la fonction publique civile et militaire ainsi qu’aux différents secteurs d’activité de la Nation, des États membres de l’Union européenne ou d’autres États, en vue d’approfondir en commun leur connaissance des questions de défense, de politique étrangère, d’armement et d’économie de défense.

En outre, il contribue à promouvoir et à diffuser toutes connaissances utiles sur ses trois champs disciplinaires. À cette fin, il coopère avec les autres organismes chargés de la diffusion des savoirs en matière de défense et de politique étrangère, notamment les universités et les centres de recherches.

 

Des formations nombreuses et adaptées

Depuis plus de soixante-quinze ans, par la diversité de ses formations et de ses auditeurs, civils et militaires, français et étrangers, l’IHEDN est un lieu de diffusion des savoirs, de sensibilisation et de rayonnement.

Selon leurs champs de compétences, ses formations se déclinent en sessions nationales "Politique de défense" et "Armement et économie de défense", en sessions régionales, en cours européens et en sessions internationales.

L’Institut organise également des séminaires ciblés qui s’adressent à des publics diversifiés, parlementaires, élus locaux, magistrats, préfets, jeunes de 20 à 30 ans, étudiants des universités et grandes écoles… ainsi que des formations thématiques comme l’Intelligence économique ou la gestion des crises à l’international.

Chaque année, l’ensemble des actions de formation et d’information de l’Institut concerne environ
12 000 auditeurs et participants.

 

Une pédagogie originale

D’une durée compatible avec l’exercice de responsabilités opérationnelles de haut niveau, les formations reposent sur un partage d’expériences entre hauts responsables issus du service public et de la société civile qui dépasse les segmentations socioprofessionnelles et nationales.
Cette pédagogie inductive se décline en trois axes :

  • les "travaux en comités" où se concrétise une riche complémentarité ;
  • les "conférences-débats" au cours desquelles s’expriment des intervenants de haut niveau ;
  • les "visites et missions d’études" sur le terrain qui permettent une approche concrète de l’enseignement dispensé.

Des exercices de "mise en situation" de prise de décision dans un environnement stratégique et la rédaction collective de "notes de position", destinées à de hautes autorités, complètent cette pédagogie.

Les thèmes d’études sont définis à partir des domaines d’actualité traités sous l’angle de la politique de défense, de la politique étrangère, de la politique d’armement et de l’économie de défense.

 

 

Les sessions nationales

Les sessions nationales "Politique de défense", "Armement et économie de défense", "Les espaces : mer, spatial, cyber" visent à permettre l’approfondissement des connaissances de hauts responsables sur les questions de défense, de politique étrangère, d’armement, d’économie de défense et sur les nouveaux espaces, où la compétition des Nations s’est déplacée. Elles s’adressent à un milieu socioprofessionnel très varié, dont la diversification est le gage d’une "fertilisation croisée" réalisée par l’échange entre des auditeurs avertis ou garants d’un espace de réflexion collective et de débats d’idées.

Les activités des sessions nationales alternent des conférences-débats, prononcées par de hauts responsables, des experts et des autorités scientifiques réputées dans les domaines traités, des travaux en comité faisant appel à la réflexion stratégique, des ateliers de mise en situation et des missions d’études en France ou à l’étranger.

Les listes des auditeurs, arrêtées par le Premier ministre, sont publiées au Journal officiel.

 

La session nationale "Politique de défense"

Cette formation vise l’approfondissement des connaissances des auditeurs sur les questions de défense et de relations internationales.

Elle se déroule à Paris, de septembre à juin. Elle est composée d’une centaine d’auditeurs, français et étrangers, âgés de 35 ans au moins, associant des officiers des trois armées, de la Gendarmerie nationale, de la Direction générale de l’armement (DGA) et des services, des hauts responsables de la fonction publique, des cadres et dirigeants des différents secteurs de la vie économique et des personnalités "qualifiées" (élus, journalistes, responsables d’associations, de syndicats, d’organisations professionnelles…).

Les activités de l’année s’échelonnent sur 50 demi-journées d’études, réparties généralement le vendredi toute la journée et le samedi matin, auxquelles s’ajoutent 30 jours de missions d’études sur le territoire national ou à l’étranger, soit 55 jours de formation.

Au cours de leur formation, les auditeurs sont sensibilisés aux questions de sécurité, au travers de modules communs avec les auditeurs de l’INHESJ et par la prise en compte de la sécurité nationale dans sa dimension "globale".

 

La session nationale "Armement et économie de défense"

Cette formation a pour objet d’élargir les connaissances des auditeurs relatives aux problématiques du domaine de l’armement et de l’économie de défense, dans le cadre de la stratégie de sécurité nationale.

Elle se déroule à Paris de septembre à juin, les jeudis et vendredis. Elle regroupe chaque année une cinquantaine de cadres français et étrangers de haut niveau, associant des représentants de la DGA, des officiers des trois armées, de la Gendarmerie nationale, des services, de quelques officiers étrangers, des cadres de la fonction publique, des dirigeants de l’industrie de défense ainsi que des représentants de la société civile. La durée totale de la formation est de 69 journées, dont une trentaine pour des visites et missions d’études en France et à l’étranger.

Axée sur les problématiques d’armement, d’autonomie stratégique, de recherche et développement et réunissant des experts, sur une base industrielle française et européenne, cette formation permet de développer une vision large des challenges liés à l’équipement de nos forces et au maintien de nos capacités technologiques et industrielles critiques.

Au cours de leur formation, les auditeurs sont sensibilisés aux questions de sécurité, au travers de modules communs avec les auditeurs de l’INHESJ et par la prise en compte de la sécurité nationale dans sa dimension "globale".

 

La session nationale "Les espaces : mer, spatial, cyber"

Les objectifs de cette formation ont pour but d’approfondir les connaissances des auditeurs et de leur permettre d’appréhender la globalité des enjeux liés aux espaces stratégiques maritimes, du spatial ou du cyber, afin de faciliter et de rendre plus pertinentes leurs prises de décisions futures.

La session est composée d’une trentaine d’auditeurs français et étrangers, d’au moins 35 ans, cadres dirigeants des secteurs public et privé, de chefs d’entreprise, de hauts fonctionnaires civils et militaires et de personnalités représentatives des différents secteurs d’activité économique, notamment, liées à ces grands enjeux et à leur dimension connexe.

La formation se déroule à Paris et sur le territoire national, à raison de 8 séminaires de 2 jours, les vendredis et les samedis de janvier à juillet. La mission d’étude à l’étranger est choisie en cohérence avec le thème d’étude, que les auditeurs abordent comme corollaire de la mondialisation et des rapports de force stratégiques, géopolitiques et économiques.

La première session nationale de ce genre porte sur les "Enjeux et stratégies maritimes".

 

Les formations en région

 

Les sessions en région

Les sessions en région sont destinées à développer l’esprit de défense et à sensibiliser aux questions internationales, en formant des responsables locaux, d’origines et de cultures professionnelles différentes, par l’approfondissement, en commun, de leurs connaissances en matière de défense, de politique étrangère, d’armement et d’économie de défense.

Depuis 1954, quatre sessions en région sont organisées chaque année sur tout le territoire, y compris outre-mer.

Elles sont composées de 55 à 80 auditeurs environ, âgés de 30 ans et plus, qui proviennent pour la moitié du secteur public, militaire et civil, et pour l’autre moitié du secteur privé.

Les activités se déroulent sur quatre périodes de quatre jours de travaux, réparties sur six semaines, du mardi au vendredi, suivies de deux journées de restitution des travaux de comités. Les lundis sont libres afin de permettre aux auditeurs de répondre à leurs engagements professionnels.

Le recrutement s’effectue entre les sixième et quatrième mois, avant le début de chaque session. Les candidats peuvent s’inscrire auprès de la préfecture (Service interministériel de défense et de protection civile). Ils peuvent également télécharger leurs dossiers d’inscription sur le site de l’Institut www.ihedn.fr.

Arrêtée par le Premier ministre, la liste des auditeurs est publiée au Journal officiel.

Les séminaires IHEDN-Jeunes (réf. : "Les formations pour les jeunes")

Six séminaires par an, organisés en région parisienne, en province et outre-mer, regroupent 80 jeunes environ, d’un niveau bac au minimum.

Durant une semaine, ces jeunes, issus de l’enseignement supérieur ou de la vie professionnelle, se familiarisent avec les problèmes de défense et de relations internationales, au même titre et selon la même pédagogie que leurs aînés, reposant sur le triptyque : conférences-débats, travaux de comités et visites de sites militaires ou industriels.

Ces séminaires sont organisés sur le principe de l’internat pour favoriser la cohésion.

Les séminaires pour les "Élus locaux" (réf : "Les séminaires spécialisés")

Les élus locaux, qu'ils soient maires, conseillers municipaux, généraux ou régionaux et les membres élus des chambres consulaires, constituent, en raison des responsabilités qu'ils exercent et de leur action au profit de la collectivité, un relais qu’il est essentiel de tenir informé sur les réalités et les problématiques de la défense.

Ces séminaires sont organisés par les associations régionales, qui portent la voix de l’IHEDN sur l’ensemble du territoire national.

 

 

Les activités internationales

L’IHEDN organise, en partenariat avec les ministères des Affaires étrangères et du Développement international (Maedi) et de la Défense, des sessions internationales "Politique de défense" et "Armement et économie de défense", des sessions européennes "Armement et économie de défense", des séminaires bilatéraux, destinés à de hauts responsables étrangers, civils et militaires, ainsi que des formations sur des problématiques relatives à la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de l’Union européenne.

L’objectif est d’inviter ces auditeurs étrangers à la réflexion et à l’échange sur les enjeux de sécurité et de défense, de politique étrangère, d’économie de défense, propres à leurs régions et de les familiariser avec les visions française et européenne sur ces sujets.

Toutes les actions de l’Institut vers l’Europe et l’international contribuent au rayonnement de la pensée stratégique française.

Les sessions internationales (SI)

SI "Politique de défense"

Depuis 1980, ces sessions internationales, organisées avec la Direction de la coopération de sécurité et de défense du ministère des Affaires étrangères et de Développement international, ont pour vocation de former des hauts fonctionnaires civils, des officiers généraux ou supérieurs, des ambassadeurs, des universitaires et des journalistes, aux enjeux de la politique de défense. Le niveau élevé des auditeurs permet d’optimiser l’effet de rayonnement. Leur recrutement se fait avec le concours de l’ambassade de France dans chacun des pays concernés.

Ces sessions s’articulent sur 8 jours, autour des activités suivantes

  • Le forum de l’IHEDN sur le continent africain (Fica) qui accueille, annuellement, une soixantaine de représentants des pays du continent ;
  • La session internationale euro-méditerranéenne (Siem) qui réunit, une fois tous les deux ans en alternance avec la Sial, une quarantaine d’auditeurs issus de la plupart des pays des deux rives du Bassin méditerranéen ;
  • La session internationale Asie/Moyen-Orient (Siamo) qui offre, chaque année, la possibilité unique de réunir des auditeurs de ces deux zones géographiques ;
  • La session internationale Amérique latine (Sial) qui regroupe, une fois tous les deux ans en alternance avec la Siem, une trentaine d’auditeurs d’Amérique centrale, d’Amérique du Sud et des Caraïbes.

SI "Armement et économie de défense"

Depuis 1994, ces sessions internationales, organisées en partenariat avec le ministère de la Défense, réunissent, chaque année, entre dix et quinze hauts responsables de l'armement étrangers, civils et militaires, pendant cinq jours.

L’objectif poursuivi par ces sessions est de faire découvrir aux participants l’approche française en matière d'acquisition d'armement et de leur permettre de mieux connaître le tissu industriel français de défense.

Elles apportent aux auditeurs des éléments concrets, factuels comme prospectifs, sur les méthodes et le fonctionnement des organismes chargés de la conception et de la réalisation des programmes d’équipements de défense. Elles articulent la réflexion sur les questions d’armement dans leur contexte géopolitique, stratégique, économique et industriel.

Quatre zones géographiques sont concernées : l'Amérique latine, l’Europe balkanique, le Caucase et l'Asie centrale, le Moyen-Orient et l'Asie.

Les séminaires bilatéraux

Ils s’inscrivent dans la politique de coopération bilatérale et de développement international. Ce sont des séminaires de réflexion stratégique conjointement organisés avec les instituts homologues de pays partenaires de la France. Ils s’adressent à des auditoires civils et militaires de haut niveau.

Tout comme les sessions internationales, les séminaires bilatéraux concourent au rayonnement de la pensée stratégique française en matière de politique étrangère et d’économie de défense. Ils se déroulent alternativement en France et dans le pays partenaire (Malaisie, Indonésie, Pologne, Allemagne, Russie).

 

 

Les activités européennes

Le Collège européen de sécurité et de défense (CESD)
Constitué des instituts nationaux des États membres, le Collège européen de sécurité et de défense a pour mission de dispenser des formations en matière de Politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Ces cours se situent à un niveau stratégique et sont organisés au profit des États membres et des institutions européennes. Ils sont également ouverts, sur invitation, aux ressortissants d’États tiers.

L’IHEDN organise dans ce cadre, en partenariat avec les ministères des Affaires étrangères et du Développement international et de la Défense, des formations spécialisées sur des problématiques d’actualité pour l’Union européenne et la PSDC : sûreté maritime, cybersécurité, développement capacitaire, gestion civilo-militaire des crises extérieures, réforme des systèmes de sécurité, espace, etc.

Ponctuellement, l’IHEDN peut également organiser l’un des modules du cours de haut niveau du CESD, qui réunit, sur quatre semaines, soixante-dix cadres européens de haut niveau.

L’Institut représente enfin la France au sein du conseil académique exécutif, organe pédagogique du CESD.

La journée de rayonnement de l’IHEDN à Bruxelles

L’Institut organise chaque année, depuis 2009, en collaboration avec l’Institut royal d’Egmont, un séminaire d’une journée à Bruxelles. L’esprit de ce séminaire est de mettre en avant des problématiques permettant d’identifier, en matière de PSDC, les synergies européennes et les voies pour y parvenir. Cette journée conforte la place de l’Institut dans le débat européen sur les questions de sécurité et de défense.

La Session européenne des responsables d’armement (Sera)

Reconnue comme une formation de référence au niveau européen, la session européenne des responsables d’armement (Sera) est organisée sous le patronage de l’Agence européenne de défense (AED).

Lieu d’échanges, la Sera vise à renforcer les liens entre cadres dirigeants européens, étatiques et industriels de la communauté d’armement et à favoriser l’émergence d’une conscience européenne, susceptible de se mobiliser au niveau européen.

Elle réunit entre 60 et 65 auditeurs issus des 28 États de l’Union européenne, de la Suisse, de la Norvège, de la Turquie, de l’Agence européenne de défense, de l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (Occar) et de la Commission européenne.

Elle est organisée annuellement sur quatre semaines : deux semaines en France et deux semaines dans deux pays partenaires européens, sur une base tournante. Au cours de ces quatre semaines, les participants sont amenés à réfléchir et à travailler ensemble sur des thématiques d’actualité. Des conférences-débats, des tables rondes, et des visites de sites industriels leur permettent d’enrichir leurs réflexions. Les conclusions de leurs travaux sont adressées à l'ensemble des directeurs de l'armement européens et à certaines organisations telles que l'Agence européenne de défense et l'Occar.

D’autres activités relatives à la valorisation des connaissances et des expertises dans le domaine de l’armement se déclinent sous des formats différents.

Le séminaire Eurostamp (European Seminar for top Armaments Manager Personnel).

Organisé en partenariat avec l’Académie fédérale de la Bundeswehr à Mannheim, il réunit, chaque année, une vingtaine de responsables européens de haut niveau (officiers généraux ou équivalents civils) pour une rencontre d’information et des discussions.

La coopération Ideaa (International Defense Education and Acquisition Arrangement).

Elle réunit, depuis 1989, les universités et les académies de défense/armement des États-Unis, d’Allemagne, du Royaume-Uni, de France, d’Espagne, de Suède, d’Australie. Elle a pour objet de favoriser des échanges en matière de formation dans le domaine de l’armement. Cette coopération se concrétise par des travaux d’études menés en commun et en particulier par un séminaire annuel, organisé à tour de rôle par les institutions des quatre pays principaux, dont l’IHEDN.

 

Les formations à l’Intelligence économique

Créée dès 1996 par l’Institut, la formation à l’Intelligence économique et stratégique répond à la nécessité d’intégrer les problèmes liés à la sécurité économique et à la gestion de l’information, matière première stratégique, dans les préoccupations des acteurs de la vie économique. L’objectif est de sensibiliser et de former au domaine de l’Intelligence économique et stratégique (IES), des cadres et dirigeants d’entreprises privées et publiques et des cadres de l’administration.

L’objectif de ces formations est de s’approprier les bases de l’Intelligence économique et de permettre aux participants d’engager ou de poursuivre une réflexion approfondie sur les structures de leurs sociétés ou de leurs administrations et sur la nature de leurs relations avec leur environnement.

Les cycles "Intelligence économique et stratégique" (IES)

Quatre cycles sont programmés chaque année. Ils regroupent chacun 25 participants environ et se déroulent sur une durée de 7 jours (deux formats : 7 vendredis répartis sur deux mois consécutifs ou 7 jours consécutifs).

Ces cycles s’articulent autour de modules thématiques. Ils comprennent des conférences-débats illustrées par des témoignages de professionnels et ponctuées d’exercices et mises en situation, animés par des spécialistes des sujets abordés.

Les séminaires thématiques "Intelligence économique"

Ils ont lieu six fois par an et permettent aux participants déjà sensibilisés à cette matière d’approfondir diverses facettes de l’IES. D’une durée de deux jours, ces séminaires sont l’occasion pour les participants, en nombre restreint, de parfaire leurs connaissances par des études de cas concrets sur des thèmes tels que la veille informationnelle, les stratégies d’influence et de lobbying, l’éthique et la compliance dans les contextes de responsabilité d’entreprise et de maîtrise des risques.

Les séminaires "Sécurité économique et protection du patrimoine"

Ils soulignent la réalité et l’étendue des menaces dans les domaines politique, militaire, économique, scientifique et industriel, ainsi que l’ampleur des préjudices qu’elles peuvent causer aux entreprises et à la collectivité nationale.
Ils sensibilisent les participants aux risques d’intrusions auxquels ils peuvent être confrontés dans leur activité et présentent les réponses défensives et offensives prévues au niveau gouvernemental pour contrer ces menaces.

Trois séminaires sont organisés chaque année en partenariat avec, notamment, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi), la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD).

Une vingtaine de personnes participe à chacun de ces séminaires d’une durée de deux jours. L’objectif est de sensibiliser aux problématiques de sécurité économique des cadres de l’administration, d’établissements publics, de l’enseignement supérieur, de la recherche ou des cadres du secteur privé.

 

 

Les formations à la gestion des crises à l’international

Dans le cadre de ses missions de formation aux questions de défense et de politique étrangère, l’Institut organise, depuis 2010, des stages de formation à la "Gestion des crises à l’international".

Ces formations ont pour objectifs de sensibiliser aux enjeux de la gestion des crises à l’international ; d’appuyer les politiques publiques visant au renforcement de l’expertise des acteurs – publics ou privés et d’aider les acteurs privés, à relever les défis auxquels ils sont confrontés dans un environnement de sortie de crise ou de reconstruction (sécurité des personnels et des installations, conquête de nouveaux marchés…) ; de favoriser les synergies entre les acteurs publics et privés dans un contexte de crise et de développer "une culture du dialogue" par et pour une meilleure connaissance et compréhension mutuelle.

Quatre stages de sensibilisation et de spécialisation aux enjeux de la gestion des crises sont organisés chaque année sur deux jours. Ces stages de formation permettent aux participants d’échanger avec des experts et de bénéficier de témoignages de terrains. Ils peuvent également prendre la forme d’exercices pratiques, à partir de cas concrets ou de scénarios virtuels de crises extérieures.

Deux journées thématiques sont également organisées pour approfondir une question, un enjeu : par exemple, la place pour les acteurs privés dans la gestion des crises aujourd'hui ; la communication de crise.

Les stagiaires sont accompagnés pendant ces journées par des référents de haut niveau, spécialistes en leur domaine : institutionnels français ou européens (diplomates, militaires…), représentants d’ONG, cadres dirigeants d’entreprises, journalistes…

 

Les formations pour les jeunes

L’Institut s’intéresse aux jeunes, qu’ils soient étudiants ou jeunes professionnels. Leur engagement personnel, les responsabilités qu’ils assurent déjà ou qu’ils assureront en font un public privilégié. L’IHEDN a donc développé des formations spécifiques à leur attention, dès 1980 pour les étudiants de 3e cycle ou de grandes écoles et, depuis 1996, pour des jeunes étudiants ou actifs, âgés de vingt à trente ans.

L’objectif est de les sensibiliser aux grands enjeux et défis de la défense et de contribuer à la construction du pacte républicain qui lie tous les Français à l’État.

Les séminaires IHEDN-Jeunes (idem "Les formations en région")

Six séminaires par an, organisés en région parisienne, en province et outre-mer, regroupent 80 jeunes environ, d’un niveau bac au minimum.
Durant une semaine, ces jeunes, issus de l’enseignement supérieur ou de la vie professionnelle, se familiarisent avec les problèmes de défense et de relations internationales, au même titre et selon la même pédagogie que leurs aînés, reposant sur le triptyque : conférences-débats, travaux de comités et visites de sites militaires ou industriels.
Ces séminaires sont organisés sur le principe de l’internat pour favoriser la cohésion.


Les séminaires master 2 "Défense-Géopolitique"

Ces séminaires, organisés à l’École militaire, regroupent 80 étudiants environ, en master 2
"Défense-Géopolitique". Ces rendez-vous constituent un approfondissement et un complément pratique de leur enseignement universitaire.
Ils se déroulent trois fois par an et chacun d'eux dure une semaine. Ils comportent des conférences-débats, des travaux en comités et des échanges avec des officiers des trois armées et de la Gendarmerie, ainsi que la visite d’une unité opérationnelle.
Les inscriptions s’effectuent auprès des responsables de master des universités partenaires de l’IHEDN.

Le séminaire "Grandes écoles"

Ce séminaire rassemble, pendant quatre jours, une centaine d’élèves issus des grandes écoles militaires et des grands corps d’État, ainsi que de grandes écoles de commerce et d’ingénieurs (ENS, HEC, Polytechnique…).
Cette formation, annuelle, permet aux futurs cadres de haut niveau de la Nation de se rencontrer et de réfléchir ensemble sur des enjeux  et des problématiques de défense.

Le séminaire "Cohésion nationale et citoyenneté"

Créé en 2006, ce séminaire permet de susciter une réflexion et des échanges sur les questions de citoyenneté et d’esprit de défense au sein de la Nation.
Il s’adresse tout particulièrement aux jeunes cadres du monde associatif, des secteurs privé et public, ainsi qu’aux jeunes élus et aux enseignants qui exercent des responsabilités dans les quartiers d’Île-de-France.
Il est annuel et se déroule sur une période de six jours, à l’École militaire.

Les séminaires spécialisés

En fonction de l’actualité et des demandes qui lui sont adressées, l’Institut est en mesure de mettre en place des séminaires adaptés, notamment dans le cadre de la formation continue et en collaboration avec les entreprises.

Les séminaires pour les "Élus locaux" (idem "Les formations en région")

Les élus locaux, qu'ils soient maires, conseillers municipaux, généraux ou régionaux et les membres élus des chambres consulaires, constituent, en raison des responsabilités qu'ils exercent et de leur action au profit de la collectivité, un relais qu’il est essentiel de tenir informé sur les réalités et les problématiques de la défense.
Ces séminaires sont organisés par les associations régionales, qui portent la voix de l’IHEDN sur l’ensemble du territoire national.

Le séminaire MBA spécialisé "Management de la sécurité"

Chaque année l’IHEDN organise un séminaire au profit des cadres et dirigeants d’entreprise inscrits au MBA spécialisé dans le management de la sécurité, proposé par l’École des officiers de la Gendarmerie nationale en partenariat avec l’université Paris II Panthéon-Assas et avec la participation de HEC.

Le séminaire pour les "Magistrats"

Dans le cadre de la formation continue et en partenariat avec le ministère de la Justice, un séminaire annuel est organisé pour une trentaine de hauts magistrats, pendant deux journées.
L’objectif de ce rendez-vous est de les informer sur l’évolution des menaces liées, notamment, aux actions terroristes et aux risques de toute nature.

Les séminaires pour les "Collaborateurs parlementaires"

En relation avec l’Assemblée nationale, le Sénat et le Parlement européen, ce séminaire de deux jours regroupe les collaborateurs des députés et des sénateurs, afin de les sensibiliser aux questions de défense qu’ils sont amenés à traiter avec leurs élus.

 

Le séminaire pour les "Jeunes diplomates"

Dans le cadre de la formation des stagiaires de l’Institut diplomatique et consulaire et en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, ce séminaire annuel est organisé sur deux journées.
L’objectif est de faire connaître, aux jeunes diplomates, le monde militaire, de leur présenter les missions des forces armées, le rôle des attachés de défense et des attachés d’armement, qu’ils côtoieront en ambassades.

 

Le séminaire pour les "Ambassadeurs"

Ce séminaire a pour but de communiquer aux futurs chefs de missions diplomatiques une information sur l’organisation du ministère de la Défense, ses missions et les défis à venir.
Il permet ainsi à ces futurs hauts responsables, de la diplomatie, de connaître leurs interlocuteurs au sein de ce ministère.
Une visite de site ou d’unité emblématique de la Défense peut être organisée durant ce séminaire.

 

Le séminaire pour les "Agents à mi-carrière" du MAE

Un premier séminaire est dédié à la connaissance des méthodes "Raisonnement et objectifs" en matière d’Intelligence économique.
Un deuxième séminaire est consacré à la visite d’une formation militaire emblématique des activités opérationnelles conduites par le ministère de la Défense.

 

Le séminaire pour les "Référents enseignement de défense et sécurité nationale" des universités

Ce séminaire annuel se déroule sur une journée et regroupe les "Référents enseignement de défense et de sécurité nationale" des universités. Il a pour vocation de délivrer à ce public une information actualisée sur les problématiques liées à la défense et à la sécurité nationale.

 

Le soutien à la recherche

Il s’adresse aux étudiants inscrits dans une université ou une grande école française qui ont choisi de consacrer leurs travaux de recherche à des questions de défense, de relations internationales, d’armement et d’économie de défense.

Les lauréats sont sélectionnés, sur dossier, par le conseil scientifique de l’IHEDN, composé d’universitaires et de personnalités qualifiées, présidé par le directeur de l’Institut.
Ce soutien se manifeste par la mise en œuvre de deux programmes annuels.

L’aide financière et pédagogique aux doctorants

Financée par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), elle s’adresse aux étudiants inscrits en doctorat en sciences humaines et sociales. Les lauréats bénéficient, durant une année, d’un soutien financier dans le cadre duquel leurs frais de recherche, en particulier ceux qui concernent les séjours de terrain, sont pris en charge.

Les "Prix scientifiques" de l’IHEDN

Créés en 1998 avec le soutien du SGDSN et de la Fondation de France, ils récompensent, sur dossier, les mémoires de master 2 recherche et thèses de doctorat soutenus chaque année sur les questions de défense, de relations internationales, de politique étrangère ou encore de sécurité dans le domaine des sciences humaines et sociales.
Les "Prix scientifiques" permettent ainsi de soutenir des jeunes chercheurs et de promouvoir un savoir académique sur de grandes questions contemporaines.

Les "Prix académiques" de l’IHEDN

À compter de 2016, avec le soutien du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, l’IHEDN décernera deux prix académiques destinés à récompenser les meilleurs travaux de recherche dans le domaine de la réflexion sur le nucléaire de défense, y compris les stratégies nucléaires, la dissuasion nucléaire, la lutte contre la prolifération et toute autre problématique stratégique, diplomatique ou sociétale relevant du domaine nucléaire de défense.
Le prix "Thérèse Delpech", d’un montant de 3 000 euros, est attribué à un travail de niveau master et le prix "Pierre Guillaumat", doté de de 5 000 euros, récompense une thèse de doctorat.

La valorisation de la recherche stratégique

L’Institut prend une part active dans les débats sur les concepts stratégiques et les grands enjeux politiques et stratégiques contemporains, en organisant des événements réunissant des universitaires venus du monde entier, en constituant des réseaux de recherche autour des sujets de défense, ou encore en initiant des publications collectives (par exemple, Défendre la France au XXIe siècle, paru aux éditions Economica).

Dans les domaines relevant de sa mission, l’Institut peut conduire, seul ou en coopération avec les instituts d’enseignement supérieur et de recherche (établissements d’enseignement supérieur, centres de recherche civils et militaires), des études et des recherches, notamment dans les domaines relatifs aux contenus de ses formations. Il peut aussi apporter son concours aux ministères et aux établissements d’enseignement supérieur.

Débattre

L’Institut contribue au renouveau et au rayonnement de la pensée stratégique de défense, au service de l’ensemble de la communauté nationale, au travers de colloques, de tables rondes et de rendez-vous mensuels comme les "Lundis de l’IHedn", ponctuels selon l’actualité, comme "IHEDN / Les débats de l’actu", annuels comme les "Rencontres IHEDN" ou, plus exceptionnels, comme les "Grands témoins".

Colloques et tables rondes

L’objectif des colloques et des tables rondes est de permettre à l’Institut de participer au débat stratégique par des événements publics, mais également de constituer un laboratoire d’idées à son profit, en testant l’intérêt suscité par les thématiques choisies. Les succès des tables rondes peuvent être repris sous une autre forme (sujet de travaux, formation ad hoc, etc.) sur une plus longue durée.


Les "Lundis de l’IHedn"

Les rendez-vous des "Lundis de l’IHedn" s’affirment comme l’un des principaux lieux de débat public sur les questions stratégiques de défense et de politique étrangère. Ces conférences mensuelles, suivies d’un temps de débat, visent à satisfaire l’appétit d’un public de connaisseurs sur des problématiques d’actualité présentées par des intervenants reconnus.
Elles sont de plus en plus suivies, en vidéo live, dans différentes villes du territoire national, à l’initiative de présidents d’associations régionales AR-IHEDN.

"IHEDN / Les débats de l’actu" s’inscrivent dans une dynamique en proposant, en partenariat le plus souvent possible, avec un grand quotidien français, de décrypter à chaud et d’analyser en profondeur les crises politiques locales, régionales et internationales, dans le but de donner la parole à des positions plurielles, au-delà des lectures conventionnelles et médiatiques.
Les intervenants sont choisis en fonction de leur expérience du terrain, de l’excellence de leurs ouvrages et/ou d’articles de référence publiés sur la question débattue.

Les "Rencontres IHEDN"

Les "Rencontres IHEDN" se déroulent sur le site de l’École militaire, au cours d’un samedi entièrement dédié à "la défense comme vous ne l’avez jamais abordée".
Quinze tables rondes réparties dans six amphithéâtres permettent à des penseurs, des experts, des représentants d’ONG… de débattre avec un large public, lui-même mis à contribution, dans le cadre d’un amphi "Conseil de guerre".

Les "Grands témoins"

Selon l’opportunité de la visite, à Paris, de décideurs internationaux, l’Institut les accueille au cours d’une conférence spécifique et magistrale.

 

Partager nos ambitions

L’Institut a créé le Fonds de dotation de l’IHEDN pour porter le développement de ses nouveaux axes d’action : www.fdd-ihedn.fr
À travers le mécénat, les entreprises peuvent manifester leur soutien aux différents projets, ainsi que leur attachement à la responsabilité sociétale.
Le Fonds de dotation de l’IHEDN bénéficie du régime fiscal du mécénat (réduction d’impôt).

Actions en faveur des jeunes

Le séminaire "Cohésion nationale et citoyenneté" en région

Il est destiné à un groupe de trente à soixante personnes : élus locaux, cadres associatifs, cadres de l’Éducation nationale, des services de l’État et des collectivités territoriales, magistrats, militaires, policiers, etc. ayant tous un rôle de relais auprès des jeunes des quartiers les moins favorisés. Les participants se voient proposer jusqu’à cinq journées de réflexion collective à travers une formation qui leur permet d’approfondir les notions de citoyenneté et d’esprit de défense. Les intervenants appartiennent au monde civil ou militaire.

  • mécène : Lafarge

Le séminaire "Découverte"

Réservé à des jeunes en formation professionnelle post-bac issus des BTS, DUT, licences et masters professionnels de la région parisienne, ce séminaire présente sur trois journées (pension complète) les grands objectifs de la défense nationale. Le stage comporte notamment des travaux de réflexion collective sur un sujet en rapport avec les notions de citoyenneté et d’esprit de défense ainsi que des visites en immersion dans une unité militaire (régiment, base aérienne, etc.) ainsi que dans des sites représentatifs de l’activité de l’entreprise mécène.

  • mécène : SNCF


Recherche académique

La chaire Castex de cyberstratégie www.cyberstrategie.org
Elle a été inaugurée en novembre 2011 et porte le nom de l’amiral Castex, fondateur de l’IHEDN.
Axes de recherche : positionnement des grands acteurs nationaux et des organisations nationales et internationales en matière de cyberdéfense et cybersécurité ; aspects politiques et juridiques ; cyberespace et secteurs d’activité d’importance vitale ; angles économiques.

  • mécène : Airbus Group


La chaire Économie de défense
www.economie-defense.fr
Elle a été inaugurée en novembre 2013, pour une première phase de trois ans.
Axes de recherche : impacts économiques et sociaux des efforts de défense ; relations entre acteurs ; contexte international ; organisations industrielles; recherche et enseignement supérieur.

  • mécènes : MBDA France, Renault Trucks Défense, Safran, Thales

 

Les associations

Outre le fait de maintenir les liens créés durant les sessions ou à l’occasion des différentes formations, les associations d’auditeurs (loi 1901) travaillent à la diffusion de la culture de défense ainsi qu’à la prise de conscience collective des enjeux de défense et de sécurité.

Le maillage qu’elles représentent sur le territoire national est une aide précieuse pour l’action de l’IHEDN qui, en retour, leur apporte un soutien permanent.

Depuis 1975, 42 associations sont fédérées au sein de l’Union des associations, Union-IHEDN, qui regroupe près de 10 000 adhérents.

L’Association nationale AA-IHEDN, créée en 1948, est composée des auditeurs des sessions nationales et des cadres de l’Institut.

Les 32 associations régionales Région-IHEDN, créées progressivement à partir de 1955, regroupent, sur une base géographique, tous les auditeurs et participants à des formations de l’IHEDN, résidant sur le territoire national, outre-mer compris.

Au fur et à mesure de la création de nouvelles sessions spécialisées, des associations thématiques ont vu le jour pour accompagner l’action de l’Institut.

  • 1977 : Afeds-IHEDN, Association pour la formation et les études de défense et de     sécurité,
  • 1988 : Europe-IHEDN, Association des participants aux sessions européennes de l’IHEDN,
  • 1996 : Anaj-IHEDN, Association nationale des jeunes participants aux séminaires IHEDN-Jeunes,
  • 1999 : I.E.-IHEDN, Association Intelligence économique des participants aux cycles IE,
  • 2004 : Euromed-IHEDN, regroupant les participants aux sessions internationales euro-méditerranéennes,
  • 2006 : Afrique-IHEDN, regroupant les participants des sessions du "Forum de l’IHEDN sur le continent africain",
  • 2010 : Amlat-IHEDN, regroupant les auditeurs des sessions internationales d’Amérique latine,
  • 2010 : AMO-IHEDN, pour les auditeurs des sessions internationales Asie/Moyen-Orient,
  • 2010 : AACHEAr, Association des auditeurs et cadres des hautes études de l’armement, a rejoint l’Union-IHEDN.