Direction

Directeur : général de corps d’armée Patrick DESTREMAU

 

Le général de corps d’armée Patrick Destremau est directeur de l’Institut des hautes études de défense nationale et de l’Enseignement militaire supérieur depuis le 1er septembre 2018.

Tout au long de sa carrière, il a alterné des postes de responsabilité en états-majors ou de commandements opérationnels et des périodes de formation.
 
Il a été sous-chef "Performance" à l'état-major des armées de 2016 à 2018 et adjoint au sous-chef "Performance" de 2014 à 2016. À ce titre, sous la responsabilité du chef d'état-major des armées, il était en charge de la préparation et du moral des armées mais aussi de l’organisation générale et du modèle des ressources humaines des armées.

Précédemment, il conduit la réforme du commandement des armées et représente le chef d’état-major des armées dans la réforme de la gouvernance du ministère (2011-2014). A été secrétaire général du Collège des officiers de cohérence opérationnelle (2010-2011), officier en charge du programme "Scorpion" visant à renouveler les capacités de combat terrestre (2007-2010) et architecte des systèmes d’information de l’armée de Terre (2002-2004).

Il a commandé le Régiment d'infanterie chars de marine RICM (2004-2006). En particulier, il est chef du groupement tactique n°1 en République de Côte d’Ivoire d’octobre 2004 à février 2005 quand, lors des événements de novembre 2004, il est chargé avec son unité d’évacuer les ressortissants français menacés dans la ville d’Abidjan.

Il a été sous-chef "Opérations" à l’état-major interarmées du commandement supérieur en Nouvelle-Calédonie (2000-2002), en charge notamment des opérations, de l’action de l’État en mer et du développement des relations internationales militaires avec les États de la région (Australie, Nouvelle-Zélande, arc mélanésien).

De 1984 à 2000, il occupe de nombreux postes opérationnels, notamment au sein du RICM (Chef de peloton, commandant d’escadron, chef du bureau opérations). Dans ce cadre, il participe à de nombreuses opérations en Afrique Sahélienne et Centrale, dans les Balkans et dans le Pacifique Sud.

Il accède à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan en septembre 1981. À sa sortie, en 1983, il rejoint l’École d’application de l’arme blindée cavalerie (EAABC) de Saumur.

Il est ingénieur de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, de l’École nationale supérieure des télécommunications (Sup’Telecom) et breveté de l’École de guerre. Il a été auditeur de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) et du Centre des hautes études militaires (CHEM) de 2006 à 2007.

Le général de corps d’armée Patrick Destremau est commandeur de la Légion d'honneur et de l'ordre national du Mérite. Il a été décoré de la croix de la Valeur militaire avec palme et à l'ordre du corps d'armée.
Marié et père de cinq enfants, il est né à Alger en 1960.


Directeur adjoint et secrétaire général : préfet Joël Bouchité

Joël Bouchité a mené une large partie de sa carrière dans la Police nationale. Il a gravi tous les échelons du ministère de l’Intérieur depuis 1980, date de son entrée comme commissaire.
Dès 1982, à sa sortie de l’École nationale supérieure de police (ENSP), il s’oriente vers les Renseignements généraux (RG), dans un premier poste à Alès jusqu’en 1987, puis à Pointe-à-Pitre.
En 1991, il est nommé en Corse, où il occupe successivement, durant sept années, les fonctions de directeur départemental des Renseignements généraux à Bastia, de 1991 à 1994, puis comme directeur régional, jusqu’en 1998.
Il passe ensuite six années à Toulouse comme directeur régional des Renseignements généraux en Midi-Pyrénées, avant d’être nommé, en 2004, directeur central adjoint des  Renseignements généraux.
En 2006, il est promu directeur central des RG. Il participe alors à la création de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), qui englobe les RG et la DST (Direction de la surveillance du territoire) à partir du 1er juillet 2008 Joël Bouchité est, à cette date, nommé préfet délégué pour la sécurité et la défense auprès du préfet de la zone de défense Nord, préfet de la région Nord Pas-de-Calais, préfet du Nord.
En juillet 2010, il occupe le poste de conseiller pour la sécurité intérieure à la présidence de la République.
Un an plus tard, il prend les fonctions de préfet de département, dans l’Orne.
Par décret du 3 octobre 2012, il est nommé directeur adjoint de l’Institut des hautes études de défense nationale. Il occupe également la fonction de secrétaire général de l’Institut.

Joël Bouchité est titulaire d’une maîtrise de droit et d’un DEA (diplôme d'études approfondies) de droit public.


Directrice adjointe chargée des "Activités internationales" :
ambassadrice Corinne Breuzé

Conseillère diplomatique, directrice adjointe de l'Institut des hautes études de défense nationale chargée des "Activités internationales"

Corinne Breuzé est diplômée de l'Institut national des langues et civilisations orientales (Arabe littéral) et titulaire d’une licence ès lettres (Lettres modernes et arabe). Elle est ministre plénipotentiaire de 2e classe.
 
Elle débute sa carrière à l'administration centrale (Afrique du Nord et Moyen-Orient) en 1984.
 
De 1985 à 1986, elle est nommée deuxième secrétaire à l’ambassade de France à Tripoli, puis première secrétaire au même poste de 1986 à 1988.
 
Elle est ensuite nommée consule adjointe au consulat général de Rome de 1988 à 1992.
 
De retour à l'administration centrale à Paris en 1992, Corinne Breuzé assistera jusqu’en 1994 le préfet chargé de la mission de coordination pour la libre circulation des personnes dans la CEE.
 
En 1994, elle rejoint le cabinet du ministre aux Affaires européennes comme conseillère technique, avant d’être nommée, adjointe au chef du service des étrangers en France où, elle aura en charge le dossier des étrangers en France jusqu’en 1995.
 
De 1995 à 1997, elle est nommée conseillère culturelle adjointe à Brasilia, puis conseillère culturelle, scientifique et de coopération au même poste, de 1997 à 1999.
 
À compter de septembre 1999, elle est déléguée dans les fonctions de sous-directrice de l'administration consulaire et de la protection des biens à la direction des Français à l'étranger et de l’administration consulaire de l’administration centrale à Paris, jusqu’en 2002.
 
Consule générale à Casablanca de 2002 à 2005, elle est nommée ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire à Koweit de 2005 à 2007.
 
En mai 2007, elle est successivement mise à disposition, en qualité de conseillère diplomatique, du cabinet du ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement, puis du cabinet du ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville (Janvier à juin 2009) et du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales de juin à août 2009.
 
De 2009 à 2013, elle est ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire à Amman en Jordanie.
 
Puis en février 2013, elle est ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire à Jakarta, Indonésie avant d'être nommée en juillet 2013, ambassadrice de France à Dili, Timor oriental et représentante auprès de l’Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) jusqu’en 2016.
 
Elle devient, en novembre 2016, conseillère spéciale à l’Académie diplomatique internationale, à Paris.
 
À compter  du  1er septembre  2018, elle est mise à disposition de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) pour y exercer les fonctions de conseillère diplomatique et de directrice adjointe de l’IHEDN, chargée des "Activités internationales".
 
Corinne Breuzé est chevalier de l‘ordre national du Mérite, chevalier de la Légion d'honneur, commandeur dans l’ordre du Wissam alaouite (Maroc) et 1er degré dans l’ordre du Wissam de l’Indépendance (Jordanie).

 


Directeur adjoint chargé des "Activités nationales" :
Igeta1 Jean-Christophe Cardamone

L’ingénieur général de 1re classe des études et techniques de l’armement Jean-Christophe Cardamone débute sa carrière, en 1984, à la Direction des constructions aéronautiques / Délégation générale pour l'armement du ministère de la Défense.

Il y occupera, successivement, les postes de chef du laboratoire des matériaux composites à matrice organique, au Centre d’essais aéronautique de Toulouse (1990) puis, jusqu’en 1992, de chef de groupe dans le domaine des matériaux métalliques, au service technique des programmes aéronautique (STPA), section "Matériaux", d’adjoint au chef de la section "Matériaux" et d’adjoint communication auprès du directeur du STPA de 1992 à 1995.

En 1995, il rejoint le cabinet du délégué général pour l'armement où il est jusqu’en 1997, conseiller technique, en charge des dossiers relatifs à la recherche, à l'aéronautique et aux actions qualité, puis chef de cabinet adjoint.

De 1997 à 1998, il est en formation au Collège interarmées de défense (5e promotion).

De 1998 à 1999, il est architecte "Système du segment des missiles air-sol de courte et moyenne portée" à la Direction des systèmes d'armes, service des programmes de missiles tactiques. Puis, de 1999 à 2002, directeur des programmes "Armement air-sol modulaire" (AASM) et "Missile air-sol à guidage laser" (AS30 Laser).

De 2002 à 2006, toujours à la Direction des systèmes d'armes, au service des programmes nucléaires et de missiles, il devient directeur des programmes de missiles "Mer-sol balistiques stratégiques" (MSBS). De 2006 à 2009, il est nommé directeur de DGA / EP (ex CEPr) Centre d’essais des propulseurs de Saclay, à la Direction des essais de la DGA.

En 2009, il est directeur de l’unité de management "Missiles et drones" à la Direction des opérations, jusqu’en 2013.

Puis de 2014 à 2017, il occupe le poste de sous-directeur export de la zone Afrique & Moyen-Orient à la Direction du développement international. Le 1er juin 2017, il est nommé conseiller "Armement et économie de défense" et directeur adjoint de l’Institut de hautes études de défense nationale (IHEDN), chargé des "Activités nationales".

L’IGETA1 Jean-Christophe Cardamone est diplômé de l’École nationale supérieure des ingénieurs des études et techniques de l'armement, de l’École nationale supérieure des constructions aéronautiques et breveté pilote des corps techniques de l'armement 1er et 2e degré. Il a également effectué un Stege de management général à l’École supérieure de commerce de Paris (ESCP). Enfin, il est auditeur de la 44e session nationale du Centre des hautes études de l’armement (CHEAr). L'IGETA1 Jean-Christophe Cardamone est officier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite et médaillé d’honneur de l’aéronautique.
 


Expert "Formation, études et recherche" auprès du directeur :
professeur Jean-Jacques Roche

Après un doctorat d’État ès lettres et sciences humaines en histoire des relations internationales, le professeur Jean-Jacques ROCHE a été lauréat du concours d’administrateur des Nations unies (1986), avant d’être reçu à l’agrégation de science politique (1987).

Il a commencé sa carrière universitaire à l’Institut d'études politiques de Grenoble, puis a rejoint l’université Panthéon-Assas (Paris 2), où il dirige l’Institut supérieur de l’armement et de la défense, ainsi que le master "Défense et dynamiques industrielles".

Spécialisé dans l’approche théorique des relations internationales et de la sécurité, il est l’auteur des manuels Relations internationales (Paris, LGDJ Lextenso édition, 6° éd., 2012) et Théories des relations internationales (Paris, LGDJ Lextenso édition, 8° éd., coll. Clefs, 2010). Il a également publié en coopération avec Charles-Philippe David, Théories de la Sécurité (Paris, LGDJ Lextenso, coll. Clefs, 2002).

Ses recherches sont centrées essentiellement sur les théories et les méthodologies des relations internationales ainsi que sur la privatisation de la sécurité. Concernant les dimensions théoriques et méthodologiques, ses travaux portent désormais sur les conséquences de la disparition des guerres interétatiques et de la réduction de la violence politique (Le silence des armes ou la paix imprévue, in Politique étrangère, automne 2013). Dans le domaine de la privatisation de la sécurité, il a dirigé deux études : Insécurité publique, sécurité privée : essais sur les nouveaux mercenaires (Paris, Economica, 2005), Des gardes suisses à Blackwater – Mercenaires et auxiliaires d’hier et d’aujourd’hui (Paris, Irsem, 2010).

Le professeur Jean-Jacques ROCHE est invité dans de nombreuses universités étrangères dont Barcelone (Autonoma), Berkeley, Bogota (Externado), Bruxelles (ULB), Istanbul (Galatasaraï), Kobe (Kobe Law School), Leipzig, Montréal (Uqam), Sao-Paulo (USP), Guangzhou (Sun-Yat-Sen), Taipei (Taïwan National University), Varsovie.

Membre du comité de rédaction de Res Militaris, il a dirigé ou participé à plusieurs rapports et études pour le ministère de la Défense et le ministère de l’Intérieur. Parmi ses publications les plus récentes, on peut citer : La société civile et la guerre (2013), Walls and Borders in a Globalized World: the Paradoxical Revenge of Territorialization (2013), Raymond Aron, un demi-siècle après paix et guerre entre les Nations (2011), Does Privatized Security Undermine the Regalian Powers of the State ? (2010), Prospective sécuritaire et anticipation romanesque (2010)…

Enfin, Jean-Jacques ROCHE est également romancier et a publié deux romans sous son nom (Les vautours blancs, L’agenda de Rome) et trois sous le pseudonyme de Richard Kerlan (Sukhoï, Vol sur Moscou, La dernière manche).