Demain le chaos ?

Lundis de l'IHedn
Intervenant : Hubert Védrine

Hubert Védrine : "Demain le chaos ?"

 

De multiples facteurs favorisent le chaos actuel, à commencer par la mondialisation de l’économie de marché, dérégulée, financiarisée, qui creuse l’écart entre les très riches et les très pauvres pendant que la population ne cesse d’augmenter. Cette mondialisation de l'économie favorise par ailleurs l'extension des réseaux criminels par-delà les frontières, tandis qu'au même moment les problèmes écologiques s’aggravent : baisse de la biodiversité et de la capacité de la terre à renouveler ses ressources (forêts, eau…). Enfin, sur un plan géopolitique, nous constatons la montée en puissance de la Chine, la perte de vigueur des États-Unis pendant que les pays animés par un régime dit de démocratie représentative s’essoufflent à force de ne pas répondre aux inquiétudes de leurs populations.

 

Un pessimisme excessif n'est cependant pas de rigueur. Des solutions se mettent en place. L’écologisation par exemple, est un courant en plein essor mondial, relayé par les jeunes générations. Certains fonds de pension n’investissent plus que dans des industries propres et des énergies renouvelables. Et si nous en faisons bon usage, la révolution numérique va révolutionner la situation géopolitique mondiale. Nos pays ont aussi un rôle à jouer en s'efforçant d'être des modèles de démocratie participative. Ajoutons qu'à l'aube de ce XXIe siècle, nous continuons certes d'observer des conflits locaux, mais le dialogue conduit entre les Nations, par l'entremise de la diplomatie, nous permet jusqu'à présent d'éviter l'écueil des guerres mondiales du siècle passé.

 

Aujourd’hui, il n’est pas tant question de s'acheminer vers un gouvernement mondial, que de repenser l’ordre mondial. La solution pourrait se trouver dans la constitution d'un compromis entre les puissances mondiales, sur la base des valeurs dites universelles, qui ne sont pas les mêmes aux États-Unis, en Europe, en Afrique et en Asie. Si nous ne parvenons pas à développer ce nouvel ordre, à faire en sorte que les États-Unis et l'Europe aient une vision commune du monde de demain, la Chine s'imposera alors par son système alternatif.

 

L’Europe doit aussi reconquérir les nombreux eurosceptiques, par le rétablissement d'une vision commune, par des actions tangibles, positives, basées sur de véritables démocraties participatives qui tiennent compte sans démagogie du désir des peuples.